Definir le Beau

Définir le Beau

Arrêtons-nous un instant sur la sensation de beauté ressentie au spectacle de la Nature. Et derrière elle, l’idée fondamentale de Beau dans l’Art.

Bon, certes, ici, il y a un petit peu le travail de photographe, le cadrage, la recherche sur la bonne lumière, etc. Mais ce travail ne vise qu’à s’approcher du beau ressenti et essayer de le retransmettre, de le communiquer.
Il n’est pas grand chose en soi. Il consiste en fait à essayer d’être le plus transparent possible : ressentir une énergie, la laisser nous imprégner, devenir cette énergie, pour la transmettre au mieux.

“Sois l’eau” disait Bruce Lee.

Eh oui, je cite, à dessein, un maître des arts martiaux et non un écrivain, un critique d’art ou un philosophe.

Cette simple injonction, ces simples 2 mots sont absolument extraordinaires. C’est comme un résumé de tout le Tao !

“Sois l’eau” pour comprendre et intégrer l’énergie de la situation, avoir la souplesse de t’oublier totalement, te fondre dans cette énergie, et y réagir le plus merveilleusement possible.

S’intégrer dans le flux de l’énergie pour atteindre l’état de “Wu Wei”.

Quand on s’intéresse au Tao, on comprend qu’il est logique qu’une grande vérité puisse émaner aussi de quelqu’un qui travaille juste sur le corps. Le combat est compris comme une rencontre avec l’énergie. Avec le Tao.

Comme calligraphier, ou aller photographier la Nature !

Mais alors dans ce cas, le Beau, dont le sens occupe toujours tellement d’intellectuels, ne serait-il pas très simple à définir ?